Que savez-vous du handicap psychique ?

publié le 25 janvier 2013
Le handicap psychique fait peur car il est peu connu. Il est difficile à définir compte tenu de la disparité et de la labilité de ses troubles. En matière d’intégration professionnelle des personnes en situation de handicap, il inquiète justement parce qu’on ne parvient pas toujours à comprendre et anticiper ses manifestations. En deux mots, il nous échappe et nous déroute. Que peut-on mettre en place pour favoriser une intégration et un maintien dans l’emploi réussis ?

Le handicap psychique a trouvé sa légitimité dans la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Selon la Classification Internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé, ce type de handicap résulte de la rencontre entre une personne présentant un trouble psychique (troubles de l’humeur, de la pensée, de l’anxiété…) et un environnement. Aussi, le monde de l’entreprise, facteur d’intégration sociale, véhicule une culture, des normes et des codes sociaux pouvant exacerber les fragilités d’une personne en situation de handicap psychique.

Les manifestations des troubles psychiques sont propres à chaque personne et sont souvent transitoires. Elles concernent principalement les troubles de la relation et de l’estime de soi, les troubles cognitifs (mémoire, attention, concentration…) avec cependant conservation des facultés intellectuelles, ainsi que des difficultés d’adaptation et de gestion du stress, etc. Il en résulte alors des troubles du comportement, point de départ des difficultés jeux en ligne machines a sous gratuites GuideLes slots sont parmi les jeux de casino les plus largement utilises, ce qui ne sera pas une veritable surprise en raison de la simplicite de leur jeu, comprendre les combinaisons et dessins gagnants. rencontrées au quotidien au sein des entreprises.

Evoquant les problématiques d’intégration, un Directeur d’une Mission Handicap témoigne : « D’une façon générale, ces personnes ont plus de difficultés à s’intégrer du point de vue professionnel, car leur handicap touche au comportement. Cela a un impact direct sur l’équipe de travail et les relations professionnelles. Tout se passe le mieux possible dès lors que, premièrement, on sensibilise l’équipe en l’incitant à voir la personne en elle-même, ainsi que ses compétences, ses atouts et ses qualités, avant de voir son handicap. Et deuxièmement, on fait prendre conscience à la personne en situation de handicap de ses limites, afin qu’elle parvienne à les accepter. »

Il ne s’agit donc pas seulement d’aménager une rampe d’accès ou d’acheter du matériel adapté pour satisfaire les besoins de la personne, en termes d’aménagement de poste. La compensation est principalement humaine et organisationnelle. L’une des difficultés que l’on rencontre en entreprise est alors l’insertion dans le collectif de travail. Pour y faire face, une piste de travail possible consiste à rendre ce collectif partie prenante de l’accompagnement, tout comme la personne doit également participer activement à son intégration professionnelle.

La démarche d’insertion professionnelle d’une personne en situation de handicap psychique s’élabore au cas par cas. Elle est avant tout une rencontre avec l’autre et le succès de l’accompagnement dépend en grande partie du regard que l’on porte sur la personne et son handicap. Comment ajuster au mieux cet accompagnement, de la phase d’intégration jusqu’au maintien dans l’emploi ? C’est au fil des prochains mois que nous tenterons alors de dégager des éléments de réponse.

​Mélanie B. Journaliste, Psychologue du Travail