L’aménagement de poste dans le cadre du handicap psychique

publié le 21 mars 2013
Comment compenser le handicap psychique en matière d’intégration professionnelle ? Quels sont les différents moyens à disposition de l’entreprise ? Comment adapter au mieux la réponse ? Peut-être êtes-vous face à ces questionnements lorsque vous intégrez, au sein de votre entreprise, une personne en situation de handicap psychique ?

Aménager un poste de façon pertinente suppose la connaissance des besoins spécifiques inhérents au handicap psy. Cependant, et plus que pour les autres types de handicap, la réponse doit se faire au cas par cas, selon la situation de la personne et l’évolution de ses troubles. L’entreprise se trouve alors confrontée à différentes difficultés dans la mise en œuvre des moyens, en vue d’adapter le poste et d’insérer la personne dans le collectif de travail. Tout d’abord, ces moyens ne sont ni visibles, ni quantifiables, et ne peuvent être généralisés. Ensuite, l’entreprise ne peut avoir de visibilité quant au résultat. En effet, tout ce qui est mis en place reste sans garantie et nécessite d’être soumis régulièrement à des réajustements. Enfin, une question se pose quant aux limites de l’intervention de l’entreprise, face aux facteurs de la sphère privée influant sur l’état de la personne.

D’une manière générale, l’intégration d’une personne en situation de handicap psychique requiert un plan d’accompagnement, porté par le collectif en lien avec le service de santé au travail, et prenant en compte deux principaux facteurs : l’organisationnel et le relationnel. En effet, il apparaît important de proposer une certaine souplesse concernant, notamment, l’aménagement des horaires, du rythme et de la planification du travail, tout en garantissant des repères stables. Un autre point concerne les situations de stress, nécessitant une adaptation progressive aux exigences du poste et à l’environnement de travail. Compte tenu de ce contexte, un suivi étroit du travail peut être proposé, ainsi qu’une aide humaine (tutorat, médiation, personne-ressource), afin d’accompagner la personne à intégrer les codes sociaux et les valeurs de l’entreprise. Enfin, il est important de développer des partenariats avec des intervenants extérieurs, ainsi qu’un réseau d’aide médico-psycho-sociale.

Evoquons à présent un cas concret. Un salarié en situation de jeux de mouvement sans frais de casino en ligne sur Internet, comme les balles de fission, Parking Mania, Brique rupture Hex et Tower Blocks font le choix parfait. handicap psychique, présentant une fatigabilité importante et des troubles de la mémoire et de l’attention, est intégré au sein d’une entreprise. Ses horaires sont aménagés et un partenariat se met en place avec des consultants extérieurs afin de lui permettre de bénéficier d’un accompagnement professionnel, et d’intervenir auprès de l’équipe en matière de sensibilisation. Au bout de quelques semaines et après évaluation de la situation, les moyens sont réajustés pour que le salarié soit plus encadré (bilans quotidiens avec sa hiérarchie) et que ses missions soient mieux adaptées à ses capacités. De plus, deux jours par semaine sont aménagés en télétravail. C’est grâce à ce travail personnalisé que le salarié accepte ces modifications, lui qui estimait au début ne pas avoir besoin de compensation.

Ainsi, l’aménagement de poste dans le cadre du handicap psy est une tâche délicate qui s’opère dans le temps en prenant en compte l’évolution des troubles et le rapport qu’entretient la personne avec sa maladie. Pour favoriser une intégration optimale, l’action se doit d’être inscrite dans la culture d’entreprise et véhiculée auprès des collaborateurs. Quelles sont alors les conditions d’accueil de la personne? Les points abordés ici sont-ils suffisants pour assurer un maintien durable dans l’emploi ? Nous évoquerons donc ces différents aspects au cours des mois prochains.

​Mélanie B. - Journaliste, Psychologue du Travail